×

Envoyer un e-mail


  • 01 45 27 27 09

Hypersudation des aisselles (Hyperhydrose)

L’hyperhydrose est une production excessive de sueur.


La majorité des hyperhydroses  localisées au niveau des aisselles, des  mains et des pieds sont dites « essentielles », c’est-à-dire sans cause reconnue.

Ces troubles sont souvent retrouvés chez plusieurs individus au sein d’une même fratrie et débutent généralement à la puberté.

Il existe une prédominance de cette affection chez les hommes.

Les facteurs qui peuvent majorer les symptômes sont essentiellement le stress et l’appréhension que la personne peut avoir de peur de transpirer.
On retrouve souvent un cercle vicieux, car la transpiration excessive demeure embarrassante, source d’un stress qui la majore.

Le retentissement de ce trouble est important et peut devenir franchement handicapant en l’absence de traitement.

En effet, au niveau axillaire (aisselles), les vêtements s’usent plus rapidement et se décolorent. Au niveau des pieds, l’hypersudation induit une macération et une prolifération des mycoses ou autres infections bactériennes. Et, au niveau des mains, des tels troubles provoquent rapidement une gêne sociale avec un sentiment de peur (et donc de stress) de serrer les mains ou de toucher des papiers.

Le traitement proposé en médecine esthétique consiste à réaliser de multiples injections  au niveau de la zone concernée.

Les aisselles représentent la zone la plus simple à traiter car beaucoup moins sensible (et moins consommatrice de produits) que la paume des mains ou la plante des pieds.
Il s’agit d’un traitement rapide, simple et sans danger (mais relativement coûteux par la nécessité d’importantes quantités de produits et la répétition de ces injections tous les ans en moyenne).

On détermine dans un premier temps la zone qui transpire le plus à l’aide d’un test à l’iode (application d’une solution iodée sous l’aisselle, puis d’amidon, et observation d’une coloration bleue des zones qui transpirent).

Puis, le médecin esthétique dessine des petites zones quadrillées dans lesquelles il injecte de petites quantités de produit (en moyenne 10 par aisselle).
Cette technique est très peu douloureuse car réalisée à l’aide d’aiguilles extrêmement fines qui sont insérées que très superficiellement sous la peau.

L’effet maximal est obtenu au bout de 1 mois en moyenne et dure entre 6 à 9 mois.

S’agissant d’un effet uniquement suspensif, il faudra donc répéter les séances régulièrement.




Découvrez d'autres sujets